đŸ‡”đŸ‡Ź FĂȘte nationale avec les tribus du pays !

Mis Ă  jour : 20 mars 2019

AprÚs avoir été colonisée par différents pays européens (Allemagne, Hollande, Angleterre) et avoir été sous tutelle australienne pendant 73 ans, la Papouasie Nouvelle-Guinée a obtenu son indépendance le 16 septembre 1975, tout en restant membre du Commonwealth.


Dans les annĂ©es 1950, afin d’arrĂȘter les affrontements entre tribus du pays, les Australiens ont eu l’idĂ©e de crĂ©er un concours oĂč les tribus pourraient s’affronter Ă  coup de plumes et de peinture plutĂŽt que de flĂšches.

Le premier de ces concours fût celui de la ville de Goroka, organisé en 1957.


C'est donc à cette occasion que nous nous y sommes rendus pour vous faire découvrir un événement haut en couleurs !


Toutes les tribus ont des parures bien distinctes. Ici un enfant de la région des hautes montagnes


Durant 3 jours, chaque tribu se rassemble par groupe, enfants comme adultes, tous plus beaux les uns que les autres.

Les parures et masques sont fabriquĂ©s uniquement Ă  partir de la faune et la flore locale : plumes d’oiseaux, coquillages, fleurs, perles. Les peintures utilisĂ©es pour les visages sont naturelles et proviennent de la terre, de fleurs




Maquillage traditionnel de la communauté des "Chimbu"



Les "mudmens" : le blanc Ă©tant la couleur des morts en PNG, c'est donc pour effrayer leurs ennemis que ces "hommes de boue" s'enduisaient d'argile blanche.

Avez-vous remarquĂ© la belle queue d'oiseau sur la tĂȘte de cet homme ?

Bien que toutes ces communautĂ©s soient splendides, l’art papou n’a pas pour but d’ĂȘtre esthĂ©tique. Sa fonction est de raconter une histoire transmise oralement au fil des gĂ©nĂ©rations. Toutes ces parures sont un message, retranscrit dans les formes et les matĂ©riaux des objets portĂ©s.


Ou encore ces deux ailes d'aigle autour de ses oreilles ?




Page provenant d'un livre scolaire pour transmettre aux nouvelles générations

ET VOUS,

À QUOI RESSEMBLENT LES HABITS TRADITIONNELS DE VOS RÉGIONS ?

Les enseignez-vous Ă  l'Ă©cole ?



Les tribus s'expriment dans leur propre dialecte (plus de 850 dans le pays) Ă  travers des chants, le tout en dansant.

C’est donc dans une ambiance festive et joyeuse que nous vadrouillons au milieu de ces tribus.

Nous arrivons mĂȘme Ă  Ă©changer avec des locaux, en anglais ou Tok Pisin (premiĂšre langue officielle, une sorte de crĂ©ole anglais).

Nous sentons une rĂ©elle fiertĂ© de toutes les communautĂ©s d’ĂȘtre prĂ©sentes Ă  ce festival.

Ils acceptent tous d’ĂȘtre pris en photos et nous demandent mĂȘme d’ĂȘtre pris en photo avec nous.





Vous nous avez reconnu !?

226 vues7 commentaires

QUI SOMMES-NOUS ?

​

L'Ă©quipe

Contactez-nous

Nous soutenir

NOUS SUIVRE

​

​

​

Photo credit Â©Vincent Kronental

All rights reserved

Soutenu par