🇵🇬 Fête nationale avec les tribus du pays !

Mis à jour : 20 mars 2019

Après avoir été colonisée par différents pays européens (Allemagne, Hollande, Angleterre) et avoir été sous tutelle australienne pendant 73 ans, la Papouasie Nouvelle-Guinée a obtenu son indépendance le 16 septembre 1975, tout en restant membre du Commonwealth.


Dans les années 1950, afin d’arrêter les affrontements entre tribus du pays, les Australiens ont eu l’idée de créer un concours où les tribus pourraient s’affronter à coup de plumes et de peinture plutôt que de flèches.

Le premier de ces concours fût celui de la ville de Goroka, organisé en 1957.


C'est donc à cette occasion que nous nous y sommes rendus pour vous faire découvrir un événement haut en couleurs !


Toutes les tribus ont des parures bien distinctes. Ici un enfant de la région des hautes montagnes


Durant 3 jours, chaque tribu se rassemble par groupe, enfants comme adultes, tous plus beaux les uns que les autres.

Les parures et masques sont fabriqués uniquement à partir de la faune et la flore locale : plumes d’oiseaux, coquillages, fleurs, perles. Les peintures utilisées pour les visages sont naturelles et proviennent de la terre, de fleurs…



Maquillage traditionnel de la communauté des "Chimbu"



Les "mudmens" : le blanc étant la couleur des morts en PNG, c'est donc pour effrayer leurs ennemis que ces "hommes de boue" s'enduisaient d'argile blanche.

Avez-vous remarqué la belle queue d'oiseau sur la tête de cet homme ?

Bien que toutes ces communautés soient splendides, l’art papou n’a pas pour but d’être esthétique. Sa fonction est de raconter une histoire transmise oralement au fil des générations. Toutes ces parures sont un message, retranscrit dans les formes et les matériaux des objets portés.


Ou encore ces deux ailes d'aigle autour de ses oreilles ?




Page provenant d'un livre scolaire pour transmettre aux nouvelles générations

ET VOUS,

À QUOI RESSEMBLENT LES HABITS TRADITIONNELS DE VOS RÉGIONS ?

Les enseignez-vous à l'école ?



Les tribus s'expriment dans leur propre dialecte (plus de 850 dans le pays) à travers des chants, le tout en dansant.

C’est donc dans une ambiance festive et joyeuse que nous vadrouillons au milieu de ces tribus.

Nous arrivons même à échanger avec des locaux, en anglais ou Tok Pisin (première langue officielle, une sorte de créole anglais).

Nous sentons une réelle fierté de toutes les communautés d’être présentes à ce festival.

Ils acceptent tous d’être pris en photos et nous demandent même d’être pris en photo avec nous.





Vous nous avez reconnu !?

227 vues7 commentaires

QUI SOMMES-NOUS ?

L'équipe

Contactez-nous

Nous soutenir

NOUS SUIVRE

Photo credit ©Vincent Kronental

All rights reserved

Soutenu par